Auberge de la Place Royale Monument historique

Le lieu de fondation de la ville, en 1642, est souligné tout près de l’auberge par l’immeuble contemporain et triangulaire de Pointe-à-Callière. La Place Royale, juste à côté, fut la première place publique, soit le centre commercial de la ville aux XV11e et XV111e siècles. Ce secteur correspond au cœur de Ville-Marie, comme en témoignent la trame des espaces urbains et des vestiges mis en valeur en sous-sol.

En 1852, le bâtiment, qui occupait à l’époque les bureaux de la compagnie ferroviaire Champlain & St. Lawrence Railroad, est la proie d’un incendie. Francis Mullins le reconstruit alors et la même compagnie y rétablit ses bureaux. En 1864, un restaurant s’établit au rez-de-chaussée tandis qu’une vingtaine de bureaux aux étages continuent d’abriter diverses entreprises, notamment des marchands à commission, des agents maritimes, des transitaires et des approvisionneurs de navires.

Peu de temps après son acquisition de l’immeuble en 1887, le courtier George H. Matthews le rehausse d’un étage et y installe son bureau. Le bâtiment est toujours divisé en bureaux – connu sous le nom de Atlantic Chambers – jusqu’à la fin des années 1910. C’est à ce moment que la partie ouest de l’immeuble est aménagée en hôtel. Le rez-de-chaussée de la partie est abrite toujours un commerce, alors que les étages sont occupés par des bureaux et des chambres. Dès les années 1930 et ce jusqu’en 1998, tous les étages supérieurs du bâtiment servent comme habitation et divers commerces occupent des locaux au rez-de-chaussée.

Fiche des inventaires patrimoniaux